LES RITES FUNÉRAIRES JUIFS

L'organisation des obsèques pour une famille juive doit suivre les coutumes. Emprunts d'une grande sobriété, les rites funéraires juifs respectent les commandements rédigés dans la Torah. Celle-ci indique que le défunt doit être inhumé.

L'inhumation doit se dérouler, dans la mesure du possible, le plus rapidement possible après le décès. D'après la tradition juive, le corps mérite le plus grand respect. C'est pourquoi la crémation est interdite. Les soins de conservation sont le plus souvent évités, sauf obligation légale (en cas d'inhumation à l'étranger, par exemple).

Les cérémonies funéraires juives suivent les traditions de près. Après le décès, les yeux et la bouche du défunt sont fermés par son fils ou ses proches. Ensuite, le visage du défunt est couvert. Selon la communauté judaïque dont fait partie le défunt, une toilette rituelle est accomplie dans le but de purifier le corps. Celle-ci est prodiguée par les membres de la « Hevra Kaddisha » (une assemblée de Juifs pieux et dévoués). Les professionnels des Pompes Funèbres savent comment les contacter.

Le défunt est ensuite habillé d'un vêtement blanc très sobre. Le défunt doit être veillé 24 heures sur 24 jusqu'à l'inhumation. Celle-ci a lieu dans un cimetière juif ou bien, selon les villes, dans le « carré confessionnel » d'un cimetière communal. Le service funèbre a lieu au cimetière et non pas à la synagogue. C'est le rabbin qui officie et prononce l'éloge funèbre.

Lorsque le cercueil est descendu dans la tombe, les proches y jettent 3 pelletées de terre. Sur la tombe, le visiteur laissera, non pas des fleurs mais une pierre.