Être accompagné tout au long des funérailles

Choix des funérailles : inhumation ou crémation


Un certain nombre de règles encadrent les pratiques liées à l'inhumation. Au sein du réseau « Le Choix Funéraire », nous avons la volonté de vous expliquer notre métier et défendons la transparence des prestations et de leurs coûts tant les choix sont nombreux.

L'inhumation ou l'enterrement est la mise en terre du défunt. Elle reste la coutume la plus répandue pour célébrer des funérailles en France et dans le monde. La crémation est une technique funéraire visant à brûler et réduire en cendres le corps du défunt.

L'inhumation ou la crémation doivent avoir lieu au plus tôt 24h après le décès et au plus tard dans les 6 jours ouvrables qui suivent le décès, sinon une autorisation préfectorale sera nécessaire.

INHUMATION: MÉTHODES ET PROCÉDURES

L'inhumation ou l'enterrement est la mise en terre du défunt. Elle reste la coutume la plus répandue pour célébrer des funérailles en France et dans le monde.

L'inhumation doit avoir lieu au plus tôt 24h après le décès et au plus tard dans les 6 jours ouvrables qui suivent le décès, sinon une autorisation préfectorale sera nécessaire.

COMMENT CHOISIR SON LIEU D'INHUMATION ?

INHUMATION DANS UN CIMETIERE

L'autorisation d'inhumation est à demander au maire de la commune du cimetière choisi.

Le défunt peut être inhumé dans les cimetières suivants :

  • celui de la commune où le défunt habitait,
  • celui de la commune où le défunt est mort,
  • celui où est situé le caveau de famille.

L'inhumation est aussi possible dans une autre commune, mais le maire peut la refuser.

Si le défunt résidait à l'étranger, il peut être inhumé dans le cimetière de la commune dans laquelle il est inscrit sur la liste électorale, même s'il n'y possède pas de sépulture de famille.

CONCESSION OU TERRAIN COMMUN

Dans le cimetière choisi, le défunt est inhumé dans une concession funéraire.

Si le défunt n'avait pas de concession, il est inhumé en terrain commun, dans un emplacement individuel. Cet emplacement est fourni gratuitement pour au moins 5 ans.

AMENAGEMENT DE LA SEPULTURE

La sépulture est aménagée selon les souhaits du défunt ou de ses proches et dans le respect du règlement du cimetière communal.

CRÉMATION

La crémation représente aujourd'hui plus d'un tiers des décès et selon les estimations la part de crémation devrait encore augmenter dans les années à venir. Conscient que ce choix est très important, les professionnels du réseau Le Choix Funéraire sont à même de répondre à l'ensemble de vos interrogations.

La crémation est une technique funéraire visant à brûler et réduire en cendres le corps d'un être humain. Elle est réalisée dans un crématorium. C'est sous l'effet de la chaleur, et non pas des flammes, que le cercueil et le corps deviennent cendres.

DESTINATION DES CENDRES

PERIODE DE GARDE

Après la crémation, les cendres sont recueillies dans une urne cinéraire munie d'une plaque indiquant l'identité du défunt et le nom du crématorium.

L'urne peut être gardée au crématorium pendant un an au maximum (ou dans un lieu de culte, après accord de l'association chargée de l'exercice du culte).

À l'issue de ce délai, si les proches du défunt n'ont pas pris de décision, les cendres sont dispersées dans l'espace de dispersion du cimetière de la commune du lieu de décès ou, si nécessaire, dans le site cinéraire le plus proche.

CIMETIERE OU SITE CINERAIRE

Au sein d'un cimetière ou d'un site cinéraire, les cendres peuvent avoir les destinations suivantes :

  • inhumation de l'urne dans une sépulture
  • dépôt de l'urne dans un columbarium
  • scellement de l'urne sur un monument funéraire
  • dispersion des cendres dans l'espace aménagé à cet effet (jardin du souvenir).

DISPERSION DES CENDRES EN PLEINE NATURE

Pour disperser les cendres en pleine nature, il faut s'assurer que celles-ci ne se répandront pas, même partiellement, sur la voie publique ou dans un lieu public (stade, square, jardin public, etc.).

La dispersion est autorisée en pleine mer mais peut être interdite sur les cours d'eau (se renseigner auprès de la mairie de la commune concernée).

Une déclaration à la mairie du lieu de naissance du défunt est nécessaire. Un registre indique l'identité du défunt, la date et le lieu de dispersion des cendres.

La loi publiée au Journal Officiel le 20 décembre 2008 précise que désormais il est interdit de conserver les urnes à domicile.

La chambre funéraire

La chambre funéraire, ou funérarium, est un lieu pensé et adapté pour présenter le défunt en dehors du domicile. Nous pouvons accueillir dans la chambre funéraire la personne décédée dès sa sortie du centre hospitalier, du domicile familial ou de tout autre lieu public, pendant les quelques jours qui précèdent les obsèques.

Dans les salons de présentation, c'est bien sûr le calme et le silence qui vous sont garantis pour prier, veiller, vous recueillir. Cet espace est le vôtre. Vous avez la possibilité d'y recréer un environnement personnalisé apte à restituer l'identité du défunt avec des photos, objets, vidéos, musiques spécifiques.

La cérémonie religieuse

La cérémonie religieuse permet de rendre hommage au défunt tout en respectant ses croyances.
Pour certaines religions la mort n’est pas une fin mais une étape car leurs pratiquants considèrent qu’il y a une vie après la mort, d’autres pensent que l’homme n’est que de passage. Selon les croyances du défunt l’organisation des obsèques va alors répondre à différents rituels qui commencent dès le décès.

L’ORGANISATION DE LA CEREMONIE JUIVE

Après le décès, la famille du défunt ferme ses yeux et sa bouche avant de le couvrir. Ils vont ensuite se relayer pour le veiller tout en récitant des psaumes.
Les membres de la « Hevra Kaddisha » (La sainte assemblée) vont accompagner le défunt et ses proches. Ce sont eux qui vont procéder à la toilette rituelle qui a pour but de préparer le défunt à sa rencontre avec Dieu.
La religion juive interdit la crémation car elle est considérée comme une marque d’irrespect vis-à-vis du corps du défunt. L’inhumation doit être réalisée dans les 3 jours hors week-ends.

L'ORGANISATION DE LA CÉRÉMONIE CATHOLIQUE

Il appartient à la famille, en concertation avec les Pompes Funèbres, de contacter la paroisse. Si la famille connaît un prêtre, il peut être choisi pour officier.

Avant l'enterrement, selon le souhait des proches, des veillées funéraires peuvent être organisées. Elles permettent aux amis, à la famille de se rassembler et se recueillir autour du corps du défunt.
Le prêtre peut venir au funérarium bénir le corps avant la mise en bière. C'est le personnel de la société de pompes funèbres qui procède à la mise en bière après le choix du cercueil. Pendant cette étape, le prêtre peut réciter une prière.

C'est avec l'équipe de la paroisse que la famille ou les proches vont préparer la cérémonie religieuse. Ensemble, ils choisissent les prières, les lectures de textes et les musiques. La famille peut prendre part de façon active à cette préparation et à la célébration : lectures, témoignages, rites de la lumière...

L'ORGANISATION DE LA CÉRÉMONIE MUSULMANE

Les cérémonies musulmanes répondent à certains rites et coutumes. Il est d’usage que l’inhumation est lieu dans un cimetière musulman, un carré musulman ou que le corps soit rapatrié.
Le défunt est préparé lors de la toilette rituelle qui a pour but de rendre le corps pur.
Le corps est ensuite placé dans un nombre impair de linceuls blancs (généralement 5 pour les femmes et 3 pour les hommes). En France, il est ensuite déposé dans un cercueil pour être conduit au cimetière.
Traditionnellement le corps doit être inhumé dans les 24h mais en France la loi impose de respecter un délai. Seuls les hommes sont autorisés à accompagner le défunt le jour de l’enterrement musulman.
Les femmes et les enfants ne peuvent se rentre au cimetière qu’à partir du lendemain.

  • Cérémonie laïque :

Les cérémonies laïques laissent une grande liberté car elles ne répondent à aucun rite ou coutume religieux. Il s’agit d’un moment où les personnes présentes vont se concentrer sur le souvenir du défunt afin de lui rendre hommage. Son organisation répond généralement aux volontés laissées par le défunt ou non.
Elle est généralement célébrée par un maitre de cérémonie faisant partie de l’entreprise de pompes funèbres. Elle repose soit sur une trame proposée par le maitre de cérémonie soit celle-ci est totalement sur mesure. Les proches pourront lire des textes ou poèmes en hommage au défunt avec également la possibilité de passer de la musique.

C’est une étape importante car elle fait partie du travail de deuil pour les proches du défunt. Elle marque le passage du monde des vivants au monde des morts. Il s’agit généralement d’un moment de rassemblement pour la famille et les proches du défunt.
Cet enterrement civil nécessite les mêmes autorisations qu’un enterrement religieux, il n’y a juste pas de passage par un lieu de culte. Il se passe généralement soit sur le lieu de mise en bière au funérarium soit sur le lieu de crémation ou inhumation.
Le déroulement de la cérémonie :

  • LA CEREMONIE RELIGIEUSE MUSULMANE

LA TOILETTE FUNÉRAIRE

Selon la tradition spirituelle musulmane, le corps doit être lavé pour purifier le corps souillé par la mort. Les soins ou mesures de conservation (thanatopraxie) sont quant à eux proscrits. Néanmoins, dans le cas d'un transport vers un autre pays, ce traitement peut être rendu obligatoire selon la législation. Les musulmans s'y conforment et les soins sont alors réduits au strict minimum.

Bon à savoir : la crémation est interdite par la religion musulmane, celle-ci étant non-conforme aux préceptes islamiques.

La toilette funéraire est effectuée par des membres de la mosquée ou par une personne pieuse maîtrisant le rituel. Le corps du défunt doit être lavé plusieurs fois avec la tête tournée vers la Mecque. Une fois essuyé, il est enveloppé d'un linceul blanc. Les personnes ayant participé à la toilette procèdent à la mise en bière. Il n'y a pas de cérémonie à la mosquée, mais seulement une prière funéraire.

LA PRIÈRE DES OBSÈQUES

C'est l'imam qui récite une prière funéraire. Celle-ci est courte et peut avoir lieu au cimetière. Elle se déroule debout sans prosternation ou inclination.

L'INHUMATION SELON LE RITE MUSULMAN

Le rite musulman indique d'inhumer le corps en pleine terre le plus rapidement possible. En France cependant, la loi exige que toute inhumation se fasse dans un cercueil, après un délai minimum de 24 heures. La tradition musulmane recommande de n'inhumer qu'un seul corps par sépulture.

Dans un cimetière musulman, les tombes sont orientées vers la Mecque (plein Est + 30° vers le sud). Il n'est pas d'usage d'envoyer ou de déposer des fleurs sur la tombe. Pendant la durée du deuil, la communauté se rassemble autour de la famille pour partager prières et recueillement.

LA CEREMONIE RELIGIEUSE JUIVE

Les cérémonies juives n’ont pas lieux à la synagogue mais directement dans le cimetière. La communauté juive dispose généralement d’un carré juif au sein du cimetière.
Le rabbin prononce l’éloge funèbre pendant que le cercueil est déposé dans la tombe.
L’un des proches récite une prière à la gloire de Dieu qui s’appelle le Kaddish. La famille proche pratique le « rite de la déchirure », ils doivent déchirer leurs vêtements au niveau de leur poitrine pour exprimer leur tristesse.
Une fois la cérémonie terminée, les personnes présentent doivent se laver les mains mais sans les essuyer pour illustrer le contact durable avec le défunt. Un repas est partagé à l’issue de la cérémonie, il n’est composé que d’aliments ronds (olives, œufs, etc…) en référence au cycle de la vie, rappelant ainsi que la vie continue.

LA CÉRÉMONIE RELIGIEUSE CATHOLIQUE

La cérémonie peut être présidée par un prêtre ou par un laïc délégué pour cette fonction. Elle débute souvent par le rite de la lumière : des proches du défunt (parfois les petits-enfants) allument des cierges à la lumière pascale pour les poser à côté du cercueil, dans le but de rappeler l'espérance du Christ ressuscité.
Des temps de prière vont ensuite rythmer la cérémonie des obsèques catholiques : une première lecture, le psaume et l'évangile, des intentions préparées par la famille, un chant d'adieu.

La célébration se termine par l'encensement du cercueil. L'assistance, puis la famille viennent ensuite bénir le cercueil ou effectuer un geste d'amitié. Le geste d'amitié fait office de bénédiction et peut prendre la forme d'une main posée sur le cercueil ou d'un signe de croix.
À l'issue de la cérémonie, on procède à l'inhumation au cimetière. Une personne de la paroisse peut être présente et dire une dernière prière.
Après l'enterrement, il est fréquent que les proches se rassemblent pour partager un moment convivial.

Informations utiles pour l'organisation des obsèques

  • Préparer à l'avance ses obsèques permet d'éviter des soucis à ses proches, de garantir le respect de ses volontés, et de trouver les financements adaptés dans les meilleures conditions.
  • Les détenteurs d'un contrat obsèques doivent impérativement informer leur entourage de l'existence de leur souscription. Nul besoin de détailler : le numéro de contrat et le nom de l'entreprise de pompes funèbres suffisent.
  • A défaut de contrat obsèques, informer si possible son entourage de ses volontés funéraires. Pour les proches, l'idéal est que le défunt ait laissé des indications écrites.
  • Avoir réfléchi à la question : inhumation ou crémation ? De toute façon, elle se posera. Autant donc y songer et informer son entourage de son choix. Ou le faire inscrire dans un document testamentaire.
  • S'adresser à un professionnel du secteur funéraire. Rester vigilant sur les offres d'officines non spécialisées. Ne pas hésiter à consulter, à comparer. Seul un réseau d'entreprises de pompes funèbres ou un entrepreneur funéraire est apte à proposer un service global, sur-mesure et de qualité.
  • Un professionnel du secteur funéraire répond à des demandes avec de multiples suggestions et la présentation de toutes les solutions envisageables, à partir des exigences exprimées.
  • Regrouper les documents administratifs, type livret de famille, titre de concession, fiche individuelle d'état civil, fiche familiale d'état civil...
  • Les travaux de cimetière (caveau et monument) peuvent être faits à l'avance.
  • Pourquoi rester classique ? Chacun a le droit d'organiser ses obsèques comme il en a envie, selon des souhaits que nul ne peut discuter ou contester. Et la personnalisation des obsèques est en vogue...
  • Après le décès, d'autres dépenses incombent à la famille. Droits et frais de succession, liquidation de la situation fiscale du défunt, déménagement. Des dépenses à évaluer par avance et à prévoir.
  • Toujours prendre son temps. Pour réfléchir à ces questions ou décider de ses choix. En termes de préparation d'obsèques, la pression est mauvaise conseillère...

Demande de devis obsèques

Votre devis gratuit, en toute transparence et sans engagement
Lors d’un décès, de nombreuses démarches sont à réaliser, et ce, dans un laps de temps relativement court. C’est pourquoi de plus en plus de personnes choisissent de souscrire un contrat de prévoyance décès, afin d’anticiper l’organisation et la prise en charge financière de leurs obsèques. La mise en place d’un tel contrat vous permet ainsi de gérer l’ensemble de vos obsèques, de définir un budget mais également de vous assurer que vos dernières volontés seront respectées.
  1. 1 Situation
  2. 2 Choix du partenaire
  3. 3 Détails des obsèques
  4. 4 Coordonnées
  5. 5 Validation

La personne est-elle ?

Pour les villes de Paris, Lyon et Marseille, merci d’indiquer l’arrondissement (exemples : 75018, 69007, 13003)
  1. 1 Situation
  2. 2 Choix du partenaire
  3. 3 Détails des obsèques
  4. 4 Coordonnées
  5. 5 Validation
Nicole
71 ans
Nicole
« Mon mari est décédé l’année dernière. Il a été bien entouré à l’hôpital où il a passé ses derniers jours. Nous avons souhaité qu’il repose dans le cimetière de notre village au côté de ses parents. Il restait une place dans le caveau familial. Les pompes funèbres nous ont conseillés et orientés pour les formalités et démarches liées à son décès. Ils nous ont épaulés tout au long des obsèques et même après. »
Thierry
53 ans
Thierry
« Maman s’est éteinte à l’âge de 84 ans. Nous avons fait appel aux pompes funèbres « Le Choix Funéraire » parce que nous connaissions leur sérieux. Nous avons souhaité que notre mère repose à la chambre funéraire avant les obsèques. Puis, elle a été inhumée dans le caveau familial quelques années après papa. La chambre funéraire ouverte 7j/7, 24h/24 nous a permis de recevoir la famille et nos proches en toute tranquillité.»