Être accompagné lors du décès

Les étapes du deuil

Perdre un être cher constitue une épreuve. C'est l'un des événements les plus bouleversants de la vie. On se sent perdu dans une tourmente de peine et d'émotions violentes que l'on se croit seul à ressentir. En réalité, on vit ici les étapes du deuil...

Tous les endeuillés passent par un processus lent, douloureux mais qui permet à terme d'accepter la disparition. Appelé « travail de deuil », celui-ci se déroule en quatre paliers de durée variable. Les phases varient dans le temps, d'un individu à l'autre. Pour autant, il n'existe pas de solutions toutes faites pour accélérer le processus, ou éradiquer la douleur. Mieux vaut au contraire accepter de la vivre. Pour sortir du deuil, sans jamais oublier la mémoire du défunt, chaque humain, selon sa personnalité, à son rythme et à sa façon, traverse ces étapes : le choc, puis la colère et la culpabilité, ensuite la dépression et enfin l'acceptation :

LE CHOC

L'annonce d'un décès provoque d'abord un état de sidération où les émotions semblent absentes. Cette anesthésie protège en fait contre la violence de l'impact. Hébété, abattu, on ne peut croire la nouvelle...

LA COLÈRE ET LA CULPABILITÉ

Plus le choc disparaît, plus la douleur surgit, sous forme, d'abord de colère et souvent de culpabilité. Cependant, on conteste encore la réalité, on se révolte. Retournant le ressentiment contre soi, on se sent coupable, en proie aux remords.

LA DÉPRESSION

L'étape la plus importante : troubles de l'appétit, insomnies, sentiment d'abandon, de solitude et de manque, repli sur soi, perte de l'attention et de la concentration humeur. Ces réactions parfois très violentes et pénibles à vivre pour l'endeuillé comme son entourage, sont cependant normales. Ne jamais hésiter à se faire aider par un médecin, un psychothérapeute, un groupe de parole...

L'ACCEPTATION

La période de détachement, d'acceptation fataliste qui débouche sur la reconstruction. Le souvenir mélancolique remplace le manque, on se résigne enfin et peu à peu, retrouve le goût de vivre... À ce stade, on retrouve peu à peu un sens à sa vie et on réinvestit son énergie dans ses projets et vers l'extérieur. Si ces étapes s'observent chez de nombreux individus, chacun dispose néanmoins de ses propres spécificités face au deuil et à la fin de vie, liées à ses propres expériences, son ressenti, son lien avec le défunt, ses valeurs spirituelles. En ce sens, il relève d'un cheminement intime et singulier : de même que chacun est unique, sa façon de traverser le deuil l'est tout autant.

Témoignage de Cynthia Mauro,

Psychologue et formatrice au sein du réseau « Choix Funéraire »

Le temps des obsèques, préparation et cérémonie, constitue dans le cheminement du deuil un moment fondamental car il signifie l’instant de l’au revoir et de la séparation avec l’être aimé. Engagés auprès des familles endeuillées, les professionnels funéraires du réseau “Le Choix Funéraire” se mobilisent afin de leur offrir le meilleur accompagnement possible. Un savoir faire acquis avec l’expérience, un savoir être à l’image des qualités personnelles de chacun et un savoir enrichit par la création d’un module de formation sur le thème de la psychologie du deuil. Réflexions, partages, et sensibilisations aux problématiques du deuil permettent aux professionnels de mieux comprendre les processus de deuil et ses particularités en fonction de nature de l’évènement (âge de l’endeuillé, nature du décès…) afin de proposer aux familles une écoute active, constructive et adaptée.

Les associations de soutien aux endeuillés

Associations de soutien pour le deuil

SOUTIEN AUX PERSONNES ENDEUILLEES

Fédération Européenne Vivre Son Deuil
17, rue Feutrier - 75018 PARIS
www.vivresondeuil.asso.fr
Email : fevsd@vivresondeuil.asso.fr

Association d'accompagnement
des Personnes Endeuillées
49, boulevard Saint Michel, 38300 Bourgoin-Jallieu
Tél. : 06 64 37 91 69
www.aape.jimdo.com/

Fédération des associations de conjoints
survivants (Favec)
28, place Saint-Georges, 75009 Paris
Numéro vert : 0 800 005 025 (7/7j de 11h à 23h)
www.favec.asso.fr
Email : info@favec.asso.fr

SOUTIEN APRES LA PERTE D'UN ENFANT

Jonathan Pierres vivantes (enfants, suicide)
61, rue de la Verrerie, 2ème étage
75004 Paris - Métro Hotel de Ville
Tél. : 01 42 96 36 51
www.anjpv.asso.fr/
Email : jonathanpierresvivantes@orange.fr

Naître et vivre (perte d'un nourrisson)
5, rue La Pérouse, 75116 PARIS
Tél. : 01 47 35 05 08
www.naitre-et-vivre.org

Apprivoiser l'absence
(groupes d'entraide pour parents en deuil)
21 rue des Malmaisons75013 Paris
Tél. : 07 86 38 10 65
www.apprivoiserlabsence.com
Email : contact@apprivoiserlabsence.com

SOUTIEN APRES UN SUICIDE

Fédération SOS Suicide Phénix France
Tél. : 0825 120 364 (16h-23h)
et 01 40 44 46 45 (12h-24h)

Suicide Ecoute
16, rue du Moulin Vert, 75014 Paris
Tél. : 01 45 39 40 00
www.suicide-ecoute.fr
Email : suicide.ecoute@wanadoo.fr

Le don d'organes


Un nouveau décret concernant le don d’organes et de tissus a vu le jour le 1er janvier 2017, en France.

Ce décret ne modifie pas les 3 grands principes de la loi de bioéthique qui sont le consentement présumé (nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus présumés), la gratuité du don, et l’anonymat entre le donneur et le receveur.
Ce qui a vraiment changé c’est que 3 modalités de refus sont maintenant précisées, à savoir :
• L’opposition au prélèvement de ses organes et tissus après la mort en s’inscrivant sur le registre national des refus. L’inscription est également possible en ligne sur le site registrenationaldesrefus.fr
• Faire valoir son refus de prélèvement par écrit et confier ce document daté et signé à un proche.
• Communiquer oralement votre opposition à vos proches qui devront en attester auprès de l’équipe
médicale.

De plus, le refus peut désormais être partiel, et ne concerner que certains organes ou tissus.
Plus d’infos sur www.dondorganes.fr

Succession

RÉGLEMENT DES FRAIS D'OBSÈQUES

MON COMPTE EST-IL BLOQUÉ AVEC LA MORT DE MON CONJOINT ?

VAIS-JE POUVOIR PAYER AVEC MON CARNET DE CHÈQUES ?

Il est rare que cela arrive. Dans le cas d'un mariage sous le régime de la communauté, même si le compte est uniquement au nom du défunt, le conjoint survivant a l'usufruit sur ce compte et peut donc payer les frais d'obsèques sans difficultés.
Il peut cependant arriver que le compte soit bloqué. Dans ce cas, si besoin et si le conjoint survivant devient usufruitier, le notaire adresse un courrier à la banque expliquant qu'à ce titre il bénéficie de la libre administration de tous les biens et notamment des comptes bancaires.
Pour l'éviter, la meilleure solution est donc d'avoir des comptes séparés aux noms respectifs de chacun des conjoints.

J'AI REFUSÉ LA SUCCESSION, CELA M'ABSTIENT-IL DE PAYER LES OBSÈQUES ?

Non, absolument pas. Les frais d'obsèques sont considérés comme une dette alimentaire et donc il y a une obligation de solidarité. Dans ce cadre, leur règlement peut être demandé à tout héritier quel qu'il soit.

EST-CE QUE JE PEUX FAIRE PASSER LA FACTURE DES OBSÈQUES AU NOTAIRE ?

Oui, mais la société de Pompes Funèbres risque d'être payée tardivement, car le notaire doit alors demander le déblocage des comptes bancaires. Les fonds nécessaires à l'organisation des obsèques seront automatiquement débloqués. Après règlement, la facture sera transmise au notaire pour être prise en compte dans les abattements relatifs à la succession.
Le mieux peut donc être de faire régler la facture par la banque du défunt. Cette dernière peut débloquer jusque 5000 € sous réserve de provision suffisante sur le compte.

QUEL EST LE MONTANT DÉDUCTIBLE DE L'ACTIF DE LA SUCCESSION ?

Le code général des Impôts dans son article 775 dispose que « les frais funéraires sont déduits de l'actif de la succession pour un montant de 1500 euros, et pour la totalité de l'actif si celui-ci est inférieur à ce montant ».
Cette règle, introduite par la loi n°2002-1575 du 30 décembre 2002, s'applique aux successions ouvertes à compter du 1er janvier 2003.

Quels sont les frais concernés ? Une liste non-exhaustive est proposée par l'administration. Sont concernés :

les frais d'inhumation et de la cérémonie qui l'accompagne
les avis d'obsèques
les billets d'invitation et de remerciements
l'achat et la pose d'un emblème religieux sur la tombe
l'acquisition d'une concession dans un cimetière
la construction, l'ouverture et la fermeture d'un caveau
les frais de transport du corps

Sont explicitement exclus comme frais funéraires imputables « les frais d'érection d'un monument funéraire, les frais de deuil et d'achat de fleurs et couronnes » (sous réserve des règles posées à l'article 1481 du Code civil pour les frais de nourriture, de logement et de deuil du conjoint survivant).

CETTE DÉDUCTION DES FRAIS D'OBSÈQUES S'APPLIQUE-T-ELLE LORSQUE LE DÉFUNT A SOUSCRIT À UN CONTRAT OBSÈQUES ?

Oui, cette déduction forfaitaire s'applique même en présence d'un contrat obsèques.

NOTRE CONSEIL

Les frais d'obsèques représentent une dépense non-négligeable qui souvent n'a pas été prévue par la famille.
Leur coût moyen s'élève entre 3000 et 6000 €.
La meilleure façon de soulager ses proches et de leur éviter tout souci est de souscrire à un contrat de prévoyance obsèques afin de constituer un capital qui permettra de régler les frais de ses propres funérailles.

Demande de devis contrat obsèques - prévoyance

Votre devis gratuit, en toute transparence et sans engagement
Lors d’un décès, de nombreuses démarches sont à réaliser, et ce, dans un laps de temps relativement court. C’est pourquoi de plus en plus de personnes choisissent de souscrire un contrat de prévoyance décès, afin d’anticiper l’organisation et la prise en charge financière de leurs obsèques. La mise en place d’un tel contrat vous permet ainsi de gérer l’ensemble de vos obsèques, de définir un budget mais également de vous assurer que vos dernières volontés seront respectées.
  1. 1 Vos coordonnées
  2. 2 Vos volontés
  3. 3 Vos besoins
  4. 4 Validation

Vos coordonnées

  1. 1 Vos coordonnées
  2. 2 Vos volontés
  3. 3 Vos besoins
  4. 4 Validation
Nicole
71 ans
Nicole
« Mon mari est décédé l’année dernière. Il a été bien entouré à l’hôpital où il a passé ses derniers jours. Nous avons souhaité qu’il repose dans le cimetière de notre village au côté de ses parents. Il restait une place dans le caveau familial. Les pompes funèbres nous ont conseillés et orientés pour les formalités et démarches liées à son décès. Ils nous ont épaulés tout au long des obsèques et même après. »
Thierry
53 ans
Thierry
« Maman s’est éteinte à l’âge de 84 ans. Nous avons fait appel aux pompes funèbres « Le Choix Funéraire » parce que nous connaissions leur sérieux. Nous avons souhaité que notre mère repose à la chambre funéraire avant les obsèques. Puis, elle a été inhumée dans le caveau familial quelques années après papa. La chambre funéraire ouverte 7j/7, 24h/24 nous a permis de recevoir la famille et nos proches en toute tranquillité.»